Photo Johanne Lussier

Quelle immense joie et quel privilège d’être la maman de Louis-Philippe, qui est en soi le cœur même de Musicophonie et la raison d’être de cette belle grande famille.

Cette famille que j’ai décidé de fonder alors que du haut de ses neuf mois, mon « petit gars » a reçu un diagnostique de cancer, maladie contre laquelle j’ai décidé de me battre moi-aussi en m’entourant de cette belle troupe et en organisant des spectacles pour amasser des fonds et alimenter la recherche contre ce fléau qui osait s’attaquer à mon fils et à d’autres enfants.

Au fil des années, entouré d’amour et de soins, Phil a été déclaré guéri et a pu, jusqu’à ses 26 ans, nous partager sa grande sagesse et ses nombreux talents. Sa vie, bien trop courte, a cependant été ternie par un second cancer qui s’est réveillé sournoisement, alors que nous fêtions les 25 ans de la troupe.

En son nom et par amour pour lui,je me dois de continuer pour cette cause que Louis-Philippe défendait et pour laquelle il a continué de lutter jusqu’à la fin alors que même malade, il avait tenu à animer le spectacle de la troupe et réussi à faire rire, encore et encore, son fidèle auditoire. La meilleure façon que je connaisse de continuer à répandre sa mission et ainsi amasser des fonds, en vue d’apporter un baume sur ma trop grande blessure, c’est de garder son nom vivant en continuant à chanter et à diriger cette merveilleuse troupe composée de 70 choristes chantant avec tout leur cœur.

Notre mission a toutefois évolué avec celle de Louis-Philippe et puisque que nous avons observé et subi les lacunes des soins pour nos jeunes adultes atteints du cancer, la troupe chantera maintenant pour eux, qui composent l’avenir de notre société et qui méritent d’aller au bout de leurs rêves et ambitions.

Louis-Philippe ne sera pas à mes côtés au prochain spectacle pour me murmurer, comme à chaque fois, son réconfortant « c’est beau maman ».

Il ne pourra pas animer et nous faire tous rire avec son humour légendaire.

Pourtant, sans y être, il y sera. De toute son âme.

Et nous chanterons l’amour, le bonheur, la vie en son honneur et à l’image de notre grand homme qui, comme lui seul pouvait si bien l’écrire, « vivait avec ses tripes, comme une musique qui ne s’arrête jamais »


Johanne Lussier
Directrice artistique et fondatrice